Concept

Un retour rapide des trains de nuit!

Objectif train de nuit veut rassembler les divers acteurs et parties prenantes en Europe et unir les forces, dans l’objectif de remettre rapidement les trains de nuit sur les rails. Ensemble, agissons pour le retour des trains de nuit en Europe!

Pour s’inscrire avec efficacité et pertinence dans les chaînes logistiques, le fret ferroviaire a besoin de

  • Ponctualité
  • Regularité
  • Rapidité
  • Fiabilité

La triste disparition des trains de nuit (2000 – ?)

1994: Le train de nuit Genève – Moscou disparaît.
2009: Les chemins de fer fédéraux suisses (CFF) quittent le marché des trains de nuit, emportant le dernier train de nuit partant de Suisse, le Genève – Rome.
2012: Dernier train de nuit Zurich – Genève – Barcelone.
2000-2010: la plupart des trains de nuit disparaissent en Europe.


Un exemple marquant: la France

Une solution : associer des voitures voyageurs et des wagons fret

Le train voyageur apporte ces garanties attendues par le fret (à haute valeur ajoutée).
En contrepartie, la composante voyageur bénéficie de la contribution financière du fret au paiement des coûts de traction et des coûts d’utilisation des sillons.
Le train mixte Marchandises / Voyageurs (M/V) par la mutualisation de ces coûts, par l’optimisation des capacités, permet de rentabiliser des circulations ferroviaires qui isolément n’auraient pas de modèles économiques pérennes en l’absence de subventions publiques.
Le train M/V représente la solution pour recréer des dessertes ferroviaires nocturnes performantes pour les voyageurs et pour les chargeurs.
Le train mixte profite de la saisonnalité de la demande respective des passagers et des marchandises pour optimiser le remplissage du train.

Exemple : le train auto-couchette est un train M/V. Il associe des voitures voyageurs à places couchées et des wagons porte-autos aptes à circuler à 160 km/h.

Train auto-couchette
Les Lunatrains ont vocation à associer ces voitures voyageurs à places couchées avec des wagons pour du fret diversifié comme des conteneurs et des caisses mobiles.

Les entreprises ferroviaires historiques font ou ont fait circuler des trains de fret jusqu’à des vitesses de 200 km/h. Un wagon fret couvert a circulé à plus de 260 km/h sur la LGV Lille – Calais, tracté par une rame TGV en essai pour tester la stabilité des bogies du wagon fret à des vitesses commerciales de 200 km/h.

Une locomotive DB tracte des voitures Talgo RENFE et des wagons porte-auto sur une ligne allemande.